Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Compétence Photo, le magazine sur la pratique de la photo et la prise de vue. Il offre une approche didactique, pour les débutants en photo comme les amateurs avertis. Des fiches pratiques, des pas à pas, des tutoriels, des portfolios, des beaux livres. Le magazine pour regarder, apprendre, comprendre et partager.

older | 1 | .... | 60 | 61 | (Page 62) | 63 | 64 | .... | 120 | newer

    0 0

    59 - Roubaix • Exposition photo
    Exposition présentée dans le cadre de la Nuit des Arts de Roubaix le 5 décembre de 18h à 23h et jusqu'au 9 janvier 2016.
    Ouverture du mardi au samedi de 10h à 19h.

    Avec les changements climatiques, le bonnet de bain symbolise d'une manière "absurde" la lutte de l'homme, vaine, ballotée par les pluies torrentielles, les vents dévastateurs et les tsunamis.

    De l'enfant à l'adulte jusqu'au point limite, du Nord au Sud, la désapprobation et l'indignation se mêlent aux bonnets vulnérables et anciens, des accessoires improbables et inefficaces face à la destruction puissante des éléments en furie.

    Quand la nature disparaitra, le bonnet fleuri sera le souvenir du temps où les fleurs avaient leur parfum.

    1 Place de la Gare du 05/12/2015 00h00 au 09/01/2016 23h50
    http://www.picturelle.be

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo collective
    Conversations photographiques d'Olympus

    Tout artiste est précédé par des anciens, des maîtres et génère à son tour des disciples…
    Chaque année, depuis 2013, Olympus revitalise ce dialogue éternel en proposant à trois grands noms de la photographie contemporaine de parrainer trois jeunes diplômés de l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles.

    Ces "conversations" ont donné lieu à trois expositions qui ont été présentées, en 2013, en 2014 et en 2015, dans le cadre prestigieux des Rencontres d’Arles. Cet hiver, la galerie des Filles du Calvaire est heureuse de s’associer à cette démarche et de présenter une partie des images créées à l’occasion de ces trois années d’échanges. Elle réunit ainsi les dix-huit photographes qui ont participé à cette aventure singulière.

    Avec les travaux de Sarah Moon et Lise Dua, Stanley Greene et Jeannie Abert, Jean-Christian Bourcart et Matthieu Rosier, Antoine d'Agata et Santiago Torres, Françoise Huguier et Sajede Sharifi, Denis Rouvre et Steven Daniel, Denis Darzacq et Swen Renault, Paolo Woods et Elsa Leydier, Dorothée Smith et Rébecca Topakian.


    Ouvert du mardi au samedi de 11h à 18h30.

    Photo : Denis Darzacq en conversation avec Swen Renault.

    17 rue des Filles du Calvaire du 04/12/2015 11h00 au 16/01/2016 18h30
    http://www.fillesducalvaire.com/

    0 0

    72 - Le Mans • Exposition photo
    Les Myself se vernissent ! Après leur première exposition au festival de La Loupe et une escapade au salon de la photo, ils vont aller vivre de nouvelles aventures au Mans pour 3 mois !

    16 rue de la Galère du 04/12/2015 00h00 au 19/02/2016 23h50

    0 0

    Concours photo • La Photographie de Région (Tamron)
    Tamron propose un nouveau concours à ses Tamronistes sur le thème des régions de France. Du 1er décembre au 15 janvier, il faudra faire appel à sa créativité en s’exprimant sur trois genres photographiques différents. La mission : tirer le portrait de sa région (de vie, de cœur…) et proposer une série de trois photos prises avec une optique Tamron obligatoirement. Résultat : il faudra une photo de paysage, une photo d’architecture et une photo de macro ou un portrait.
    C’est l'occasion idéale de mettre en avant sa région préférée tout en tentant de remporter l’un des 10 lots exceptionnels mis en jeu : 1 Tamron 16-300 mm (l'idéal pour prendre tous types de photo), 1 Tamron 18-200 VC (la polyvalence au format familial), 3 sacs Crumpler MULI 7500, 2 sacs Lowe Pro Scrop Travel, et 2 bouteilles de la région du Bordelais (Château Margaux 2012 & Pessac Léognan 2011).
    Une fois postées sur la page Facebook, les séries photos proposées seront départagées à la fin du concours pour désigner les gagnants.

    du 02/12/2015 00h00 au 15/01/2016 23h50
    http://www.facebook.com/TamronFrance

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo

    ////////// UN ÉVÉNEMENT Compétence Photo "M" ////////////////////

    À l’origine de cette exposition, un journal de photographe entrepris en décembre 2011 sur Tumblr par Alain Keler. "Que reste-t-il de notre mémoire si ce n’est une photographie !" ouvre son journal.
    Alain Keler a sélectionné l’année 1982, âge d’or du photojournalisme et des agences de presse Gamma et Sygma. La presse se porte au mieux, et les reporters sont envoyés en commande dans le monde entier pour couvrir l’actualité. La photographie en noir et blanc occupe encore une place prépondérante dans les magazines et les quotidiens.
    Ainsi l’exposition "1982, journal d’un photographe" explore une année d’actualités internationales dans l’ordre chronologique : l’exposition ouvre sur François Mitterrand qui vient d’achever sa première année de mandat présidentiel, puis campagne électorale d’Alain Peyrefitte dans sa circonscription de Provins, guerres civiles au Salvador et au Guatemala en février, conflit israélo-palestinien en avril, opération Paix en Galilée (Sud Liban) en juin, une respiration française en juillet-août puis retour en Amérique du Sud, au Pérou et en Bolivie pour terminer sur une image politique française, avec Jacques Chirac à l’Hôtel de ville de Paris .
    L’exposition alterne entre photojournalisme et carnet photographique, certaines images documentant l’actualité, d’autres plus personnelles, saisies hors champ pendant les voyages du photographe. Alain Keler interroge certaines images, en commente d’autres, nous livrant la problématique du photographe face aux personnes photographiées dans les zones dévastées par la guerre. Une photographie de reportage classique dans laquelle on trouvera toutefois des images singulières comme celle d’Alain Peyrefitte tout droit sortie d’un Sherlock Holmes ou celle de l’évacuation de de la colonie israélienne de Yamit, dans le Sinaï égyptien, ressemblant à une fresque du peintre David.

    ////////// UN ÉVÉNEMENT Compétence Photo "M" ////////////////////


    105-109 rue du faubourg Saint Honoré du 02/12/2015 00h00 au 09/01/2016 23h50
    http://www.leica-stores.fr/store-leica-faubourg-saint-honore/actualites-agendas/vernissage-alain-keler-collectif-myop

    0 0

    01 - Gex • Appel à exposer au festival Confrontations Photo de Gex
    ////////// UN ÉVÉNEMENT en partenariat avec Compétence Photo ////////////////////

    La 4ème édition du festival des Confrontations Photo ouvrira ses portes à Gex (01), du 30 septembre au 2 octobre 2016. Autour du week-end dans la grande Halle d'exposition, des accrochages « hors les murs » sont également programmés du 23 septembre au 8 octobre 2016.

    L'appel à exposer est ouvert aux photographes amateurs ou professionnels du 1er décembre 2015 au 31 mars 2016.

    Renseignements et documents téléchargeables disponibles à partir du 1er décembre sur le site (voir ci-dessus).

    Contact : contact@confrontations-photo.org


    ////////// UN ÉVÉNEMENT en partenariat avec Compétence Photo ////////////////////


    du 01/12/2015 00h00 au 31/03/2016 23h50
    http://confrontations-photo.org

    0 0

    13 - Marseille • Exposition photo
    L'association "Les Défricheurs. 13" est née d'une rencontre, de la volonté de quatre amis photographes d'organiser une "sortie photo" pour partager un moment de création et d'échange. L'histoire commence à La Seyne-sur-Mer dans l'atelier mécanique, simplement.
    De la passion partagée de la photographie est né un blog pour échanger les images, puis l'envie d'aller plus loin et de travailler sur des projets communs. Des expositions photographiques, des soirées avec les membres de l’association ont suivi et se perpétuent depuis.
    L’exposition au Théâtre TOURSKY à Marseille du 1er décembre 2015 au 31 janvier 2016 de par son nom "Avec le temps" rend hommage aux lieux photographiés et à celui qui les expose.
    Le vernissage aura lieu le vendredi 4 décembre à partir de 18h30.

    Les Défricheurs, de formations et de sensibilités différentes, proposent des regards et une approche individuelle sur les thèmes étudiés.
    Cette pluralité fait leur richesse. La force de ce collectif provient de la diversité de leurs approches artistiques.
    Les Défricheurs.13 sont : Laurent BENA, Alain BOTTERO, Jean Michel MANNA et Hugues BERTIN.
    Citoyens et artistes impliqués dans la vie locale et dans des projets couvrant l'ensemble du territoire, les Défricheurs effectuent un travail photographique sur les sites industriels de la région, en friches ou en mutations, et sur le patrimoine local.
    Travail sur la mémoire, la mutation industrielle, la transformation de l'environnement, a réappropriation de l'espace et les traces laissées par le temps.
    L'objectif est double : collecter et archiver des images pour garder une trace de ces lieux, présenter ces images au public pour faire connaitre ces lieux et leurs histoires. Les Défricheurs sont acteurs et leurs témoignages sont des images.

    16 Promenade Léo Ferré du 01/12/2015 00h00 au 31/01/2016 23h50
    http://www.lesdefricheurs13.com/

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo collective
    Du 26 novembre 2015 au 30 janvier 2016, les grandes signatures de la photographie humaniste sont à la Galerie ARGENTIC : d’Henri Cartier-Bresson à Lucien Clergue en passant par Willy Ronis, Yvette Troispoux ou Edouard Boubat. La galerie a choisi d’exposer une quarantaine de tirages poignants.

    Apparue à l’aube de la presse illustrée, pendant l’entre deux-guerre, la photographie humaniste connaît son apogée entre la seconde guerre mondiale et les années 1960.

    Nommée ainsi en raison de son attachement profond à mettre l’homme en son centre, ce mouvement est un hymne au quotidien de tous et aux bonheurs simples de la vie, qu’ils soient personnels, familiaux ou professionnels.

    Ces photographes se sont attachés, au fil des années, à dépeindre l’homme du peuple, les marginaux, les classes modestes et les déshérités de la société, dans une approche toujours respectueuse, authentique et sans artifice.

    D’Henri Cartier-Bresson à Lucien Clergue, ils sont devenus les témoins d’une époque : celle du renouveau optimiste. Au-delà de la qualité esthétique de leurs travaux, ces photographes tendent à représenter le désir de renouveau et de reconstruction de la France de l’après-guerre et plus particulièrement celle de Paris ; ses quartiers populaires et sa banlieue constituant leur terrain de prédilection.

    À cette époque, la photographie est le médium universel, accessible à tous et partout notamment par le biais des magazines populaires que ces photographes alimentaient, contribuant ainsi à leurs succès.

    La photographie humaniste est signe d’universalité et d’intemporalité, elle est le symbole d’un temps et possède une valeur documentaire sans précédent. Poétique et émouvante, elle est le précieux témoignage d’une époque en bouleversement, entre tradition et modernité, que la Galerie ARGENTIC vous propose de redécouvrir au cours de cette exposition.

    43 rue Daubenton du 26/11/2015 00h00 au 30/01/2016 23h50
    http://www.argentic.fr/

    0 0

    30 - Nîmes • Printemps photographique Maroc 2015
    Printemps photographique Maroc 2015 à Nîmes du 24 novembre 2015 au 28 février 2016.
    Un événement proposé par NegPos, avec la complicité d’ATTAC, du cinéma Le Sémaphore, de l’association Mille couleurs et de l’Université de Nîmes.

    Invitée d’honneur : Souad GUENOUN
    Autres invité(e)s : Thami BENKIRANE, Laila HIDA, Ghita SKALI, Fatima MAZMOUZ et Mohamed MALI
    + le projet CASABLANCA Passé>Futur (extraits) avec Jaâfar AKIL, Claude CORBIER, Fabienne FOREL, Patrice LOUBON et Fatima MAZMOUZ

    NegPos entretient depuis 2007 une relation soutenue avec les photographes marocains et l’Association Marocaine d’Art Photographique (AMAP). Hors des sentiers battus et des images stéréotypées, notre action pour participer à révéler la richesse actuelle de la photographie marocaine est passée par différentes étapes. D’échange en échange, de projets communs en itinérances improbables (Maroc…Chili…France), de nouvelles circulations apparaissent. L’un de nos objectifs, avec cette nouvelle programmation, est de mettre en lumière le travail des femmes photographes du Maroc. Si les hommes occupent toujours une grande place dans la photographie de ce pays, il était hors de question pour cette nouvelle occasion que nous nous sommes donnés de leur laisser le haut du panier ! La photographie marocaine ne fait pas exception à la règle internationale, les femmes sont de plus en nombreuses à occuper ce champ de vision bidimensionnel.

    A travers deux expositions de photographies, des projections de ses films et des rencontres avec le public, Souad Guennoun accompagnera la semaine d’inauguration de cet événement. Photographe engagée s’il en est, citoyenne et militante, elle est aussi conférencière sur des thématiques très épineuses, comme par exemple les méfaits du micro-crédit. Le regard critique qu’elle porte sur sa société est à comparer à ceux de quelques illustres de ses prédécesseurs tels Lewis Hine, Walker Evans, Antonio Quintana, Hector Garcia ou encore, plus contemporain, Allan Sekula. Essentiel à l’histoire du monde et de son pays, son travail constitue une mémoire active pour comprendre les effets de l'ultralibéralisme et de ses méthodes.

    La photographe Laila Hida et le styliste Artsi, qui vivent à Marrakech, "collaborent ensemble pour créer un univers et une iconographie à partir des créations du styliste. Pour leur dernière création, les auteurs ont pensé ces images comme différentes allégories pour questionner l’actualité." Dans le Moule, Laila Hida interroge l’école qui est faite pour "discipliner les corps et les esprits. Insérer le sujet qui en fait l’expérience dans une vie sociale préalablement réglée. Le mettre sur orbite dans des trajectoires verrouillées."

    Ghita Skali jeune artiste multimédia, encore étudiante à la Villa Arson (Nice) nous présente 3 séries qui abordent des problématiques aussi différentes que la frontière, la figure de l’actuel Roi du Maroc ou l’angoisse. Elle met en place des dispositifs de monstration adaptés à chaque série.

    Pour Fatima Mazmouz, l’artiste, alors enceinte, en "performant" son corps engage une réflexion sur les projections que cristallise le corps féminin dans la sphère intime comme dans celle du politique. En se jouant des codes de représentation de la figure humaine de nos sociétés ancestrales et contemporaines, elle se travestit tour à tour en catcheuse, déesse mère indo-européenne, ou prend la pose telle une modèle de studio photo pour nous amener à repenser l’être féminin… Via une autre série de photos, extraite du projet "Le corps pansant 2" fondé sur la problématique des identités culturelles. Bandes pansantes s’en réfère au jeu de mots établi entre les bandes de pansement et les bandes culturelles.

    La réalité est le fruit d’un assemblage visuel, sonore, olfactif et tactile. Et curieusement c’est cette dernière fonction qui semble être la plus éprouvée lorsque l’on scrute attentivement les photographies de Mohamed Mali. Son oeil a touché du bout de la pupille les photons de lumière qui se posent sur tout. Il a senti les formes des choses, leur grain, leur chaleur ou leur froideur, il a su effleurer par son regard la "peau" luminescente du monde.

    Libre improvisation autour du thème de l’enfermement, chapelet d’icones métaphoriques de notre condition humaine, chacune des images de la série "Codes-Barres de la Pesanteur" de Thami Benkirane nous apparaît comme un petit monde en soi. Une "cage bidimensionnelle" en quelque sorte. Ici, l’oiseau est victime, ici il est liberté, ici on l’emprisonne, ici on le dessine ou on le peint, il incarne, virevoltant à travers les petites mises en scène du photographe les différentes relations que nous tissons avec le volatile.
    Fin bretteur du verbe et de l’image, Thami Benkirane est connu pour son regard aiguisé et des compositions étudiées, l’exercice de style si cher à Raymond Queneau ou Georges Perec, est aussi l’un des ses modes d’actions privilégié.

    C’est à la Maison de la Région que s’achèvera la semaine d’inauguration de ce Printemps photographique "de l’hiver", premier du nom, par une version condensée de l’exposition "Casablanca Passé>Futur", projet soutenu par la Région Languedoc Roussillon et l’Institut Français, déjà présenté à Casablanca et à Nîmes en 2014 et qui rassemble cinq photographes des deux rives : Jaâfar Akil, Claude Corbier, Fabienne Forel, Patrice Loubon et Fatima Mazmouz, preuve en est encore de notre complicité affirmée !

    1 cours Nemausus du 24/11/2015 17h00 au 28/02/2016 19h30
    http://negpos.fr/negposphoto/category/expositions/

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo
    Exposition photographique d'art contemporain sur la Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948 imaginée par le photographe Marc BINNINGER.
    Vernissage le dimanche 22 novembre 2015 à partir de 18h00 à la Connoisseur's Gallery.

    28 rue Mazarine du 23/11/2015 00h00 au 07/01/2016 23h50

    0 0

    77 - Pontault-Combault • Exposition collective
    Ce projet pluridisciplinaire rassemble, autour d’un ensemble de documents d’archive inédits et d’une approche proposée par l’historien Pierre Schill, des œuvres des artistes Kader Attia, Rossella Biscotti, Adam Broomberg & Oliver Chanarin, Alexis Cordesse, Agnès Geoffray, Lamia Joreige, Rabih Mroué, Estefania Peñafiel-Loaiza, des écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe, ainsi que du danseur et chorégraphe Emmanuel Eggermont accompagné de Jihyé Jung et Elise Vandewalle, tous engagés dans l’analyse des processus de représentation. 
Il trouve son origine dans la découverte de photographies sidérantes et fragiles réalisées en 1911 à Tripoli, par l’écrivain Gaston Chérau, au début de la guerre italo-turque pour la Libye. Il tente de comprendre comment appréhender de manière juste un tel témoignage, par essence ambigu. Comment en rendre compte à son tour ?

    107 Avenue de la République du 15/11/2015 13h00 au 21/02/2016 18h00
    http://cpif.net

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo
    Né en Irlande en 1951, Tom Wood est internationalement reconnu pour ses photographies de la vie urbaine, prises pour la plupart à Liverpool entre 1978 et 2003, date à laquelle il s’est installé au Pays de Galles pour se consacrer à ce qu’il appelle la « question du paysage ». Présentée à l’occasion de Paris Photo, cette exposition se concentre sur la relation de Tom Wood au paysage irlandais, a fortiori celui du comté de Mayo. Depuis 1975, l’artiste retourne chaque année dans cette région que sa famille a dû quitter pour s’installer en Angleterre dans les années 50, pour des raisons d’intolérance religieuse. En découle une pluralité d’approches - tant sur les sujets que par la technique - envers ce lieu auquel il est profondément attaché.

    Vernissage le 12 novembre 2015 au Centre Culturel Irlandais, 18h-21h, entrée libre.
    Avant le début du vernissage, à 18h, Tom Wood s'entretiendra avec le commissaire de l’exposition Mark Durden, Professeur de Photographie à L'Université de South Wales (réservation conseillée).

    5 rue des Irlandais du 13/11/2015 00h00 au 10/01/2016 23h50
    http://www.centreculturelirlandais.com/agenda/tom-wood

    0 0

    Belgique - Bruxelles • Exposition photo
    Sébastien Van Malleghem a remporté le Monography Series Award NIKON-BOZAR. Le jeune photographe a su convaincre le jury avec Prisons, sa série percutante, pour laquelle il s’est documenté durant plusieurs années sur la vie dans les prisons belges. Le reportage sera ainsi exposé au Palais des Beaux-Arts, du 13 novembre 2015 au 3 janvier 2016.

    Visite de presse le 12 novembre à 11h.

    Avec Prisons (2011-2014), Sébastien Van Malleghem (1986, Rosières) a touché une corde sensible. Après sa série Police (2008-2011), pour laquelle il est entré dans les coulisses de la police belge en la suivant sur le terrain, il s’est consacré aux prisons belges. Le résultat de ces années de travail est à voir dans un intense reportage en noir et blanc, qui, sans rien cacher et de manière authentique, illustre la vie derrière les barreaux. Van Malleghem dirige son objectif sur ce que nous ne voulons pas voir : les lacunes de notre système juridique, dans ce pays qui dit tenir en haute estime les idéaux de droit et d’humanité. Une fois en prison, les détenus sont soustraits à la vue de la société et collectivement, nous fermons les yeux sur leur sort.

    C’est avec beaucoup de conviction que le jury multidisciplinaire s’est prononcé pour ce travail, pour l’urgence de la question et sa mise en œuvre cohérente. Van Malleghem approche les détenus animé d’un sentiment d’humanité universel. À travers ses photos s’expriment une grande implication et un énorme respect pour son sujet.

    Pour cette troisième édition, NIKON et BOZAR ont constitué un jury multidisciplinaire chargé de se prononcer sur les clichés des photographes: Hilde Windt (réalisatrice pour la VRT, Jan Desloover(chef de la rédaction photo De Standaard), Saskia De Coster (écrivaine), Hugues De Wurstemberger (photographe), Maarten Goossens (NIKON) et Christophe De Jaeger (BOZAR).
    Le photographe Hugues De Wurstemberger souligne l’aspect humain : "Le travail de Van Malleghem montre un réalité sociale difficile que nous ne voulons pas connaître. Ses photos sont plus que des images, elles racontent une histoire."
    Maarten Goossens de Nikkon voit en Van Malleghem une version moderne du conteur traditionnel, telle Jane Atwood : "Son travail témoigne d’un grand engagement et d’une capacité d’empathie."
    L’auteur Saskia De Coster approuve : "Prisons est percutant, mais pas d’une façon niaise."
    Jan Desloover, directeur de la rédaction images au De Standaard, salue le choix du sujet. "Alors que de nombreux photographes cherchent leur sujet dans des lieux exotiques, Van Malleghem a mis en lumière un thème pertinent et d’actualité dans son propre pays."
    La réalisatrice de documentaires Hilde De Windt est bien de cet avis : "Je trouve très belle la façon dont le Monography Series Award offre un forum à un photographe belge, sur un sujet belge, dans une maison belge comme BOZAR. Tout est parfait !"

    Le photographe Gert Verbelen obtient une mention "honorable" pour sa série The Inner Circle of Europe. Il a voyagé pendant un an à travers les 18 États membres de l’Eurozone et a photographié au cœur de chaque pays, où il s’est plongé dans la vie quotidienne. Le concept rigoureux et sa mise en œuvre innovante et de grande qualité ont attiré l’attention du jury.


    Le Monography Series Award récompense l’œuvre d’un photographe belge (de nationalité ou vivant depuis au moins un an en Belgique) et lui donne la chance de présenter une exposition solo au Palais des Beaux-Arts.
    Les éditions précédentes ont été remportées par Annemie Augustijns en 2013 et Titus Simoens en 2014.



    23 Rue Ravenstein du 13/11/2015 00h00 au 03/01/2016 23h50

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo
    Jean-Paul Lefret installe ses "Archanges "au Studio Rouchon.
    Cette série "Archanges Urbains" a été présentée pour la première fois en 2012 lors du mois de la photo-Off à Paris puis au Centre Culturel Français de Hanoï (Vietnam), au Festival Saint-Germain des Prés à Paris en 2013, à l’occasion de la Nuit Blanche en 2014. La série a fait l’objet d’installations urbaines dans le cadre des Rencontres de la Photographie à Arles et au Festival des Nuits de Pierrevert durant l’été 2015.
    Du 12 novembre 2015 au 31 janvier 2016, Jean-Paul Lefret dévoile en exclusivité au mythique Studio Rouchon de nouveaux clichés.

    36 rue du Fer à Moulin du 12/11/2015 00h00 au 31/01/2016 23h50
    http://www.archanges-urbains.com

    0 0

    75 - Paris • Exposition photo
    A l’occasion de Paris Photo 2015, Jean-Paul Lefret installe ses "Archanges Urbains" au Studio Rouchon.
    Cette série "Archanges Urbains" a été présentée pour la première fois en 2012 lors du Mois de la photo-Off à Paris puis au Centre Culturel Français de Hanoï (Vietnam), au Festival Saint-Germain-des-Prés à Paris en 2013, à l’occasion de la Nuit Blanche en 2014. La série a fait l’objet d’installations urbaines dans le cadre des Rencontres de la Photographie à Arles et au Festival des Nuits de Pierrevert durant l’été 2015.
    Jean-Paul Lefret dévoile en exclusivité au mythique Studio Rouchon de nouveaux clichés.
    Depuis 2007, Jean-Paul Lefret parcourt le monde et photographie ses rencontres avec des lieux insolites cachés au cœur des villes. Il compose des images singulières et puissantes, qui questionnent sur le dialogue urbanité/humanité.

    36 rue du Fer à Moulin du 12/11/2015 00h00 au 31/03/2016 23h50
    http://www.beatricemartini.com/projets-en-cours/jean-paul-lefret/

    0 0

    57 - Metz • Exposition photo et Livre
    Couple d'artistes franco-allemand, Matthias Bumiller et Nathalie Wolff montrent l'anomalie, l'absurdité ou le poétique qui surgissent dans l'organisation de l'urbain ou dans les configurations de nos habitats.



    0 0

    Les photographes habitant en Midi-Pyrénées ou Languedoc-Roussillon sont invités à envoyer un dossier de 5 à 15 photos avant le 15 janvier 2016 ; 20 photographes seront sélectionnés pour le festival. L'exposition aura lieu en mai à Léguevin.

    8 impasse de la bergerie du 09/11/2015 10h00 au 23/04/2016 18h00
    http://www.ibo-toulouse.com/festival/

    0 0

    38 - Grenoble • Exposition photo
    Première monographie consacrée en France à l’artiste peintre américaine Georgia O’Keeffe, l’exposition programmée cet automne au musée de Grenoble constitue un événement exceptionnel. Réalisée avec la participation de la Fondation O’Keeffe de Santa Fe (Nouveau Mexique, Etats-Unis) et le soutien du réseau franco-américain de musées FRAME, elle retrace la carrière d’une icône de l’art américain aussi célèbre aux Etats-Unis que Jackson Pollock. Celle-ci se développe sur plus d’un demi-siècle, des débuts du modernisme américain à l’abstraction des années 1960. De ses premières créations à New York à son installation au Nouveau Mexique en 1949, O’Keeffe fut fortement influencée par la photographie moderne. L’exposition fera ainsi dialoguer ses peintures avec les images de ses amis photographes et formera, un ensemble total de 80 œuvres issu de quinze prestigieux musées américains mais également de grandes institutions allemandes, espagnoles et françaises.

    5 place Lavalette du 07/11/2015 00h00 au 07/02/2016 23h50
    http://www.museedegrenoble.fr

    0 0

    Appel à candidatures • Itinéraires Photographiques en Limousin 2016
    La 21ème édition des Itinéraires photographiques en Limousin aura lieu du mois de juin au mois d'août 2016, à Limoges et dans d'autres communes de sa région. La manifestation est ouverte aux photographes professionnels, aux plasticiens et aux amateurs expérimentés. Chaque photographe sélectionné exposera dans une seule commune.
    Tous les thèmes, toutes les techniques, tous les supports et tous les formats sont acceptés. L'originalité et la qualité des prises de vues sont les principaux critères de sélection des expositions.
    Pour participer à l'édition 2016 il faut faire acte de candidature en adressant un dossier composé d'une série homogène de photos au format jpeg en haute résolution (300 dpi) enregistrées sur un CD ou un DVD ou de tirages papier au format maximum de 18 x 24 cm. Joindre également une fiche explicative concernant la série proposée ainsi que les références de l'auteur en matière artistique.
    La date limite d'envoi est fixée au 15 janvier 2016. Le dossier doit être adressé à PHOTO-LOOK 3 rue Arthur Rimbaud 87100 LIMOGES.



    3 rue Arthur Rimbaud du 30/10/2015 00h00 au 04/06/2016 23h50
    http://www.ipel.org

    0 0

    94 - Gentilly • Exposition photo
    Lena Gudd est née en 1986 à Lilienthal en Allemagne. Elle mène de brillantes études européennes en sciences politiques à Maastricht, Bath ou Paris puis décide aussitôt de devenir photographe. Mais sa pratique n’est pas celle de sa génération : sa photographie est faite de lenteur, de parcimonie et d’aléas. Lena Gudd utilise un vieil appareil argentique 6x6, une mécanique pataude qui renvoie au siècle passé.
    L’image est pour elle un lieu de rencontre. La photographe révèle dès ses premières images cette maturité d’esprit qui sait nous mener dans les endroits les plus insaisissables des relations humaines : des dispositions de corps, des intensités de gestes et de regards qui appellent une pensée.
    Lena Gudd aime le froid, la pluie et le brouillard des régions septentrionales. C’est en Allemagne, en Islande mais aussi et surtout à Fermont, ville minière du Canada, qu’elle mène sa sensible et singulière anthropologie. C’est dans ce grand Nord que l’on pourrait qualifier de "dernier territoire sauvage de l’Occident" qu’elle explore cette indicible présence : la trace invisible des gens.

    Exposition réalisée en partenariat avec Tumuult, Berlin.

    1 rue de la Division du Général Leclerc du 16/10/2015 13h30 au 17/01/2016 19h00
    http://www.maisondoisneau.agglo-valdebievre.fr

older | 1 | .... | 60 | 61 | (Page 62) | 63 | 64 | .... | 120 | newer